Comportement de l'Âne

L'âne n'est pas un cheval ni un poney! Ce sont deux espèces d'équidés avec des similitudes et des différences. Chacun a son identité. Et même s'ils s'entendent très bien, il est important de faire une distinction entre les espèces et les comportements qui diffèrent. 

Et pour cause, ceci pourrait éviter quelques mésaventures aux propriétaires et/ou professionnels...

Parle avec le cœur alors il te comprendra...

Impose-toi avec force alors la foudre se déclenchera! 

En tant que comportementaliste équin, j'ai eu l'opportunité de côtoyer un troupeau d'ânes durant ma formation, qui m'a révélé à quel point la prise de contact diffère de celui du cheval.  ET c'est grâce à l'UNAP (Union nationale des âniers pluri-actifs) que j'ai pu peaufiner mes connaissances de ces animaux hors du commun. 

Aujourd’hui c'est aux côtés de mon petit trésor, Praline, que j'approfondis ce regard et affine mon approche. 

Outre des différences morphologiques plus ou moins flagrantes, c'est bien un fonctionnement à part entière qui déterminent leurs réactions et donnent sens à leur comportement. 

Pourquoi faire appel à un comportementaliste spécialiste de l'âne ? 

  • Pour comprendre son animal et s'exercer à penser comme lui, en se mettant à sa place. 
  • Pour rester objectif sans projeter. 
  • Pour apprendre les réactions de son compagnon, les causes et les raisons de son comportement. 
  • Pour éviter de comparer âne et cheval et cibler les possibles de son animal. 
  • Pour s'éviter de mauvaises surprises: l'âne n'est pas une peluche !
  • Pour éviter des comportements déviants et de braquer son animal. 
  • Pour une relation de confiance et de partage. 
  • Pour des connaissances ciblées qui répondent à votre animal et ces besoins. 

L'âne est un animal d'une grande intelligence et fidèle. il pourra vous suivre au bout du monde si vous parvenez à le convaincre. Il est sensible et intériorise ces émotions, il nécessite une délicatesse de jugement sur ses intentions. Il analyse, bloque (en se figeant des quatre pieds) et peut attaquer s'il se sent menacé. 

 

Le comprendre, c'est identifier son comportement à ses possibilités de perceptions, ce qu'il en déduit en fonction de son instinct, sa mémoire, ses expressions, apprentissages et son éducation. C'est ne pas attendre les mêmes choses que son cousin le cheval et reconnaître ces avantages propres. 

NB: Encore très peu d'écrits pointus existent sur la manière de s'occuper de nos grandes oreilles et sur l'observation fine et poussée de cette espèce fabuleuse, intuitive et profonde.